NETTOYAGE N'EST PAS CARENAGE

 

Inexorablement, dès leur mise à l'eau les carènes des bateaux se salissent. Cette salissure s'installe en 2 étapes :

1) une colonisation primaire de la carène par des bactéries, micro-algues, larves et leurs rejets, c'est le microfouling, couche brunâtre de "gras" ou biofilm (SLIME en anglais).

2) ce biofilm constitue un excellent substrat pour la fixation d'espèces plus grosses (algues, mollusques...) qui formeront la macro-salissure en se développant.

Les conséquences sont connues: diminution de la vitesse et de la manœuvrabilité pouvant générer des problèmes de sécurité, augmentation de la consommation de carburant pour les bateaux à moteur, détérioration accélérée des matériaux (bio corrosion), pour les bateaux de voyage un risque d'introduction et de dissémination d'espèces invasives, ....

Cette salissure doit être maîtrisée, d'abord par moyens préventifs, ensuite par nettoyage de la coque.

La solution la plus répandue est l'usage d'antifoulings « chimiques » contenant des biocides qui tuent les micro-organismes. Selon leur composition et leur mode d'action certains sont beaucoup plus polluants que d'autres.

Depuis quelques années, des produits nouvelle génération contenant peu ou pas de biocides apparaissent sur le marché. Ils privilégient des qualités physiques du revêtement: état de surface très lisse limitant l'accrochage des salissures, (revêtements à base de graphite, silicones, téflon...).

Dans un souci de protection du milieu naturel, l'UNAN œuvre pour l'abandon des antifoulings chimiques les plus polluants au profit de solutions plus respectueuses de l'environnement :

- les antifoulings chimiques les moins nocifs (matrices dures) qui restent plus longtemps efficaces si régulièrement nettoyés au stade du biofilm;

- les revêtements de nouvelle génération qui, pour être efficaces, exigent des nettoyages réguliers mais faciles de la coque à l'éponge.

Hélas la confusion actuelle entre opération de carénage et opération de nettoyage ne favorise pas l’émergence des solutions qui préservent le milieu naturel.

Pourtant, cette distinction :

- apparaît clairement dans la recommandation du CNSPSN - rapport « nautisme et environnement » novembre 2009 chap. 2.3.1.

- a été développée en 2012 dans un document de l'UNAN que vous pouvez consulter sur le site à l’adresse suivante : http://www.unan.fr/dossiers-thematiques.html#article35

- est encouragée par le SAGE ouest-Cornouaille : http://www.ouesco.fr

Le chapitre IV de ce document présente les PROJETS ET INNOVATIONS en matière de protection des coques.

Le paragraphe IV.4 page 116 expose les avantages du NETTOYAGE DES COQUES A FLOT :

- économie du moyen de levage et d'aires de carénage coûteux,

- élimination régulière du film gras sur lequel se forme le fouling, ce qui permet de ne plus appliquer de peinture antifouling contenant des biocides (remplacées par des peintures neutres, espérées durer plus longtemps).

- précise qu'il ne faut pas utiliser de système de nettoyage à flot avec un navire équipé d’un antifouling à matrice érodable ou semi-érodable sous peine de décaper la peinture et relarguer instantanément dans le milieu toutes les matières actives contenues dans la peinture.

Consciente de l'enjeu environnemental que cela représente, l'UNAN se positionne pour une action auprès des administrations afin que soit clairement autorisé le nettoyage des coques à l'éponge, à flot ou sur l'estran. C'est la condition requise pour que les navigateurs fassent le choix des protections de carènes les plus respectueuses de l'environnement

De son côté, l'UNAN56 a engagé cette démarche dans un courrier envoyé en janvier 2016 au Préfet du Morbihan, elle œuvre au sein du SMVM (Schéma de Mise en Valeur de la Mer), du PNR (Parc Naturel Régional) et du SAGE Golfe-Etel pour que cette disposition soit inscrite dans les documents de référence.

Pour argumenter sa démarche, l'UNAN56 a élaboré un Power Point « nettoyage n'est pas carénage » disponible sur demande à : president@unan56.bzh

 


Ajouté le 08/05/2017 par GV - 1 réaction

Les réactions

Avatar Dominique Régner

Bonjour Mr Janau,

Nous avions échangé suite à ma participation au salon des nautique du pouliguen ce printemps.
Je vous remercie de l'information faîte au niveau de votre association sur les modules antifouling à ultrasons Paradise suite à mon mail du 24 mai 2017.
J'ai eu 2 contacts de vos adhérents dont un avec suite qui a équipé son bateau avec un Paradise.
Il me reste 7 produits disponibles des 2 premiers modèles de la gamme 2017.
www.antifoulingsanspollution.com
je n'ai pas trouvé la revue de presse sur votre site qui parle des produits Paradise comme solution alternative aux salissures (fouling) pour la protection de la coque des bateaux.

Me dire si je n'ai pas bien cherché?
Au délà de la pollution catastrophique de ces peintures sur le milieu marin, elles n'empêchent en rien le fouling à l'intérieur du circuit de refroidssement moteur, sur l'arbre et son hélice ce qui a déjà immobiliser un bateau dans votre port particulièrement trés salissant ce qui revient cher en entretien.
Je reste à votre écoute et à celle de vos plaisanciers.
Cordialement,
Dominique

Le 24-08-2017 à 18:42:19

Réagir


CAPTCHA